CONFESSIONS D’ALCÔVES

“Par les jalousies baissées il venait assez de lumière pour accuser le désordre du matin dans la pièce” Aragon Minutieusement grappillés au gré d’escapades plurielles, les clichés, condensés d’instantané, s’amassaient au tréfonds de l’espace fragmenté en mégaoctets. Rien de vraiment glamour, aux antipodes du charme intemporel des albums photos d’antan Lire la suite…

LE PETIT ESPANTÉ

Quelle est donc cette indéfinissable bagatelle qui a la curieuse capacité d’émouvoir de la sorte l’âme humaine jusqu’au tréfonds de ces égarements ? Insondable et insalissable alchimie sacerdotale du beau et du sacré. A ne point confondre avec quelques tranches de rayés bardées de couches de gras. Salé ou sucré Lire la suite…

FLEURS DE MÂLES

La parure de la nuit © Siudmak La déchéance, l’ignominie, l’inavouable, l’indicible. Quelque part du côté de l’inextricable, dans l’arrière cours de la sauvagerie qui mène les humains parfois au pire. Dans un moment de clarté lunaire, la flaque de sang qui maculait le macadam dessinait des arabesques de calligraphie Lire la suite…